Skip to content

Fête de Noël : origine, histoire du jour de Noël.

Fête de Noël : origine, histoire du jour de Noël.


PAROISSE SAINT CYPRIEN

344 boulevard Maréchal Joffre

83100 – TOULON –

04 94 36 26 64

paroissesaintcyprien.toulon@gmail.com

Cet article a été mis en ligne avec l’aimable autorisation de “Cybercuré”

http://cybercure.fr

Fête de Noël – origine – histoire du jour de Noël.

Dès le premier siècle avant J-C, on célébrait à Rome le culte de Mithra, d’origine persane, importé à Rome par les légionnaires romains. Mithra était la divinité perse de la lumière. On faisait une fête le 25 décembre, pour le solstice d’hiver, la naissance de Mithra le soleil invaincu (Dies natalis solis invicti). On le fêtait par le sacrifice d’un jeune taureau. En 274, l’empereur Aurélien déclare le culte de Mithra religion d’état et il fixe la célébration du solstice au 25 décembre.

Sommaire:

-1. La liturgie de Noël
-2. Le Jour de Noël a un sens humain et un sens chrétien
-3. Aspect œcuménique et inter-religieux
-4. Fête de la Sainte Famille

La liturgie de Noël:

  • 1. Origine de la liturgie du 25 décembre

Le culte pré-chrétien du 25 décembre à Rome

Dès le premier siècle avant J-C, on célébrait à Rome le culte de Mithra, d’origine persane, importé à Rome par les légionnaires romains. Mithra était la divinité perse de la lumière. On faisait une fête le 25 décembre, pour le solstice d’hiver, la naissance de Mithra le soleil invaincu (Dies natalis solis invicti). On le fêtait par le sacrifice d’un jeune taureau. En 274, l’empereur Aurélien déclare le culte de Mithra religion d’état et il fixe la célébration du solstice au 25 décembre.

La liturgie du 25 décembre

Fêter un anniversaire de naissance ne faisait pas partie des traditions juives, car ces pratiques étaient d’origines païennes. Les premiers chrétiens les ont rejetées jusqu’au IV° siècle de notre ère. La fête de Noël n’existait donc pas au début du christianisme. À cause de son origine païenne, les Témoins de Jéhovah ne célèbrent pas la fête du 25 décembre. C’est seulement à partir du II° siècle que l’Église a cherché à déterminer dans l’année le jour de la naissance de Jésus sur lequel les évangiles ne disent rien. Des dates différentes ont été proposées : le 6 janvier, le 25 mars, le 10 avril …

Vers 330 ou 354, l’empereur Constantin décida de fixer la date de Noël au 25 décembre. En 354, le pape Libère instaura la fête du 25 décembre qui marque le début de l’année liturgique. Cette date du 25 décembre a une valeur symbolique. En effet, en s’inspirant de Malachie 3/19 et Luc 1/78, on considérait la venue du Christ comme le lever du “Soleil de justice”.

La fête de Noël, fête du 25 décembre célèbre ainsi la naissance de Jésus soleil de justice.
La fête du 25 décembre est arrivée progressivement en Orient et en Gaulle : en 379 à Constantinople, au début du V° siècle en Gaulle, au cours du V° siècle à Jérusalem et à la fin du V° siècle en Égypte. Dans les Églises d’Orient, au IV° siècle, on célébrait, sous des formes diverses, le 6 janvier la manifestation de Dieu.

  • 2. Histoire de Noël jusqu’à la fin du Moyen-Âge

L’empereur Théodose en 425 codifie officiellement les cérémonies de la fête de Noël. La fête du 25 décembre est devenue exclusivement chrétienne. Clovis est baptisé dans la nuit du 25 décembre 496. En 506, le concile d’Agde en fait un jour d’obligation. En 529, l’empereur Justinien a fait de la fête du 25 décembre un jour chômé. La messe de minuit se célèbre dès le V° siècle, avec le pontificat de Grégoire le grand. Au VII° siècle, l’usage s’établit à Rome de célébrer 3 messes : la vigile au soir du 24 décembre, la messe de l’aurore et la messe du jour le 25 décembre.

La fête de Noël s’est répandue progressivement en Europe. Elle a été célébrée à la fin du V° siècle en Irlande, au VII° siècle en Angleterre, au VIII° siècle en Allemagne, au IX° siècle dans les pays scandinaves, au IX° siècle et X° siècle dans les pays slaves. À partir du XII° siècle, la célébration religieuse de la fête de Noël est accompagnée de drames liturgiques, les “mystères” qui mettent en scène l’adoration des bergers ou la procession des mages. Ces drames liturgiques se jouaient primitivement dans les églises, puis sur les parvis.

  • 3. Histoire de Noël depuis la Renaissance

Les crèches d’église apparaissent en Italie au XV° siècle et l’arbre de Noël en Allemagne au XVI° siècle. Puis les crèches familiales, napolitaines puis provençales, se développent a partir du XVII° siècle. Au moment de la Réforme en 1560, les protestants s’opposent à la crèche et préfèrent la tradition de l’arbre. Avec la contre réforme au XVII° siècle, les représentations des drames liturgiques sont interdites par l’Église parce qu’elles sont devenues trop profanes.

Au XIX° siècle, le Père-Noël apparaît aux États-Unis. Il se répand en Europe après la deuxième guerre mondiale. À partir du XIX° siècle, les organismes de charité offrent aux plus démunis le traditionnel repas. Actuellement, cette journée tend à devenir principalement un jour de l’enfant et de la famille.

  • 4. Documents sur l’origine et l’Histoire de la cérémonie

http://www.lexilogos.com/calendrier_noel.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl

http://croire.la-croix.com/Definitions/Fetes-religieuses/Epiphanie/La-Nativite-et-l-Epiphanie-en-Orient

Le Jour de Noël a un sens humain et un sens chrétien

Au point de vue humain, il a un sens familiale et un sens social. Au point de vue religieux, le jour de Noël, ou plutôt la fête de Noël, exprime un aspect fondamental de la foi chrétienne : la venue du fils de Dieu dans le monde pour bonheur des hommes. Actuellement, il faut constater que le sens humain du jour a plus de place que le sens chrétien de la Nativité de Jésus. Selon un sondage, seulement 14% de Français considèrent cette fête comme une journée religieuse.

  • 1. Jour de Noël fête familiale et jour des enfants

Le jour de Noël est une fête familiale : moment privilégié pour se rassembler en famille, toutes générations confondues. Cette journée par toutes ses formes d’expression, crée des souvenirs communs et entretient le sentiment d’appartenance à une famille. Chacun trouve, à sa manière, cette façon de construire ce lien : partager un repas, une veillée, écouter des histoires, se réunir autour de la crèche. Avec la place grandissante de l’enfant dans la famille, le jour de Noël est devenu un jour des enfants : nuit magique où les désirs des enfants sont réalisés, pour le plus grand bonheur des adultes.

  • 2. Message de paix, partager la joie

“Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre !” : voilà ce que chantaient les anges à la naissance du Christ. L’annonce de la naissance du messie est un message de paix. Le pape adresse chaque année le jour de Noël un message de paix au monde.

Pour tous ceux qui d’une certaine manière se trouvent exclus, il importe de faire partager la joie de la nativité. La veille au soir du jour de Noël, les petits frères des Pauvres réveillonnent avec les personnes âgées. Des associations caritatives, comme le Secours catholique, organisent le jour de Noël des distributions de cadeaux pour les sans domicile fixe, les isolés, les malades, les personnes âgées.

  • 3. Fête de Noël, célébration de la venue du Fils de Dieu dans le monde

Après avoir vu différents aspects humains, regardons la signification chrétienne. Noël célèbre la venue du fils de Dieu dans le monde. Avec la naissance de Jésus, c’est le mystère de l’incarnation qui s’accomplit : c’est le fils unique de Dieu qui s’est fait homme. Pour utiliser le vocabulaire de l’Évangile de Saint Jean (2/14) “le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous”. C’est aussi ce que dit saint Paul dans l’épître aux Philippiens (2/6-8) “Jésus, de condition divine, ne retint jalousement le rang qui l’égalait à Dieu, mais il s’anéantit lui même en prenant la condition d’esclave et devenant semblable aux hommes”.
Dieu s’est fait homme pour que nous participions à sa nature divine et pour nous pardonner nos péchés. C’est le but de l’incarnation. Il a partagé en tout la condition humaine.
Sa naissance dans le dénuement vient apporter justice et paix au monde, aux hommes qu’il aime. C’est cela le sens de la journée des humbles, car Dieu s’est fait humble parmi nous. C’est la solennité du Sauveur du Monde venu comme un enfant, alors qu’on attendait Dieu dans le tonnerre et les éclairs, la suprématie et le jugement. Cette naissance bouleverse en profondeur nos représentations de Dieu : il n’est pas ce dominateur surplombant le monde et nos vies, il est un « Emmanuel », un « Dieu avec nous ».

Aspect œcuménique et inter-religieux

  • 1. Noël orthodoxe

Dès le IV° siècle, les Églises d’Orient célébraient la naissance de Jésus le 6 janvier. Cette fête de Noël orthodoxe commémorait à la fois la manifestation de la naissance du Christ aux bergers et aux mages et la manifestation du Christ à son baptême. C’est la solennité de la manifestation de Dieu. Elle marquait aussi le retour de la lumière divine. Actuellement, les patriarcats de Constantinople et d’Antioche et l’Église de Grèce célèbrent la naissance de Jésus et la visite des mages le 25 décembre parce qu’ils ont adopté le calendrier grégorien. Les Églises russes, serbes, arméniennes, coptes et éthiopiennes célèbrent la naissance de Jésus et la visite des mages le 7 janvier (13 jours après le 25 décembre), parce qu’elles ont gardé le calendrier julien.

La préparation au Noël orthodoxe est une période de jeûne. En effet, les plus grandes solennités sont préparées par un temps de jeûne. La veille du Noël orthodoxe revêt un caractère tout aussi important que le jour même, elle est principalement marquée par le jeûne. La crèche n’est pas traditionnelle dans les églises orthodoxes, car le culte voué à des statues de personnages saints est proscrit. Les orthodoxes représentent la nativité par les icônes.

  • 2. Noël pour les protestants

L’Avent pour les protestants Épiphanie pour les protestants Le Carême pour les protestants Pentecôte pour les protestants Assomption pour les protestants Toussaint pour les protestants Fêtes protestantes
Les Églises protestantes ont trois cultes : la nuit, à l’aube et le matin qui tous les trois peuvent inclure la célébration de la Cène. En 1560, au moment de la Réforme, les protestants se refusent à représenter la Nativité par une crèche comme les catholiques. Ils préfèrent développer la tradition du sapin, arbre qui symbolise le paradis d’Adam et Ève et la connaissance du bien et du mal.

Point de vue protestant :

http://www.protestants.org/index.php?id=32540

Culte luthérien:

http://www.egliselutherienne.org/bibliotheque/liturgie/cultedominical/agen_3.htm#2

  • 3. Jour de Noël pour les musulmans

En France, les musulmans sont partagés à ce sujet. Certains fêtent le jour de Noël pour les enfants et pensent qu’un musulman peut accepter l’invitation de ses amis chrétiens à participer à cette journée. Mais, en principe, un musulman ne doit pas célébrer une célébration religieuse non-musulmane.

Cependant le Coran (Sourate III, verset 42/47) affirme que Jésus est né d’une vierge miraculeusement. En effet, Mahomet connaissait la naissance de Jésus par un évangile apocryphe et le Coran reconnait Jésus comme prophète. Mais l’Islam permet-il de fêter la naissance des prophètes ? Les musulmans sont aussi divisés sur ce point.

  • 3bis. Documents sur le jour de Noël pour les musulmans

Que fêtent les musulmans à Noël ?

http://www.rts.ch/decouverte/monde-et-societe/culture-et-sport/noel-et-ses-rites/3659845-que-fetent-les-musulmans-a-noel.html

La création et la naissance du Messie selon le Coran et la Tradition

http://www.le-carrefour-de-lislam.com/Nuntius/Creare.htm

  • 4. Jour et temps de Noël pour les juifs

La fête de Noël pour les juifs n’a pas de signification.

Les familles juives fêtent Hanoucca, la célébration des lumières. Pendant cette cérémonie, chacun allume une bougie d’un chandelier à huit branches, chaque soir de la semaine. Pendant Hanoucca, on s’échange aussi un cadeau par jour pendant huit jours.

Fête de la Sainte Famille

La fête de la Sainte Famille fut instaurée par l’Église romaine en 1893.

La fête de la Sainte Famille a lieu le dimanche qui suit le 25 décembre. Cette date de la fête de la Sainte Famille a été fixée à la réforme liturgique de 1969. La fête de la Sainte Famille s’est étendue à l’Eglise universelle en 1921. C’est un religieux canadien qui est à l’origine du culte de la Sainte Famille qui s’est répandu au XIX° siècle avec l’appui du pape Léon XIII. Dans l’homélie de la fête, la Sainte Famille est présentée comme le modèle de la famille catholique.
Histoire de Noël – La fête du 25 décembre est arrivée progressivement en orient et en Gaule. Les crèches d’église apparaissent en Italie au XV° siècle. Les protestants s’opposent à la crèche et préfèrent l’arbre.
Fête de Noël orthodoxe – La préparation au Noël orthodoxe est une période de jeûne. La crèche n’est pas traditionnelle dans les églises orthodoxes. Le jour de Noël pour les juifs n’a pas de signification.

Catégories     Etiquettes 

PARTAGER CET ARTICLE

CATÉGORIES

ARTICLES RÉCENTS

Suivez-nous

ÉVÉNEMENTS À VENIR

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Événements à venir

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Suivez-nous