Ce dimanche, « le Christ vient se manifester parmi nous »

8ed52fdb1d71ee4f876c49faa73582fb
Dimanche 7 janvier, nous fêterons l’Épiphanie, jour où les rois Mages ont rencontré l’Enfant-Dieu, après avoir suivi l’étoile du berger, pour lui offrir des présents. Mais quelle signification revêt cette solennité ?

Le mot « épiphanie » vient du grec « épiphanéia ; épiphanéin » qui signifie « apparition ; paraître ou briller sur ». La solennité de l’Épiphanie célèbre donc la manifestation de Jésus qui apparaît comme Messie. Cette fête venue d’Orient, où elle a été fixée au 6 janvier, était à l’origine la fête de la Lumière et l’eau. Aujourd’hui, dans les pays orientaux, elle est une commémoration du baptême du Christ dans le Jourdain.

En Occident, l’Épiphanie est fêtée le dimanche le plus proche du 6 janvier et est surtout la fête des « Rois ». Même si le baptême de Jésus et les noces de Cana, faisant partie des trois mystères de ce jour, ne sont pas oubliés, l’adoration des Mages retient quasiment toute l’attention.

Le seul Évangile qui relate cet événement est celui de Matthieu. Selon lui, les trois mages originaires d’Orient, Melchior, Gaspard et Balthazar, ont été conduits par un astre jusqu’au roi des Juifs qui vient de naître à Bethléem, pour l’adorer et lui offrir des présents.

Devenir prêtre, prophète et roi

Le chiffre trois symbolise d’abord les trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe qui étaient les seuls connus à l’époque. Ils sont également à l’image des trois fils de Noé : Sem, Cham et Japhet. Il figure aussi les trois âges de la vie, puisque Melchior, qui offrit de l’or, est présenté avec une longue barbe, signe de son grand âge. Gaspard, qui donna l’encens, est jeune, tandis que Balthazar, qui fit l’offrande de la myrrhe, est barbu sans être âgé.

L’encens témoigne de la prêtrise revêtue par l’Enfant Jésus, à l’image des parfums d’encens qui brûlaient sur l’autel du Temple lorsque les prêtres offraient des sacrifices. Comme le Christ s’est offert sur la Croix, chaque baptisé est appelé à faire de son existence « une vivante offrande à la louange et à la gloire de son Nom » (prière eucharistique).

La myrrhe annonce symboliquement l’ensevelissement de Jésus, après la Passion, tout comme le bois de la mangeoire annonce celui de la Croix. Cette capacité prophétique à discerner ce qui est en jeu dans le présent est devenue celle des baptisés.

L’or désigne la royauté de Jésus annoncée par les prophètes, qui sera ensuite accomplie sur la Croix. Cette royauté est celle des enfants de Dieu qui, le Christ vivant en eux, offre leur vie comme un service royal.

Ainsi, par sa manifestation, l’Enfant-Dieu nous appelle à sa suite à devenir prêtre, prophète et roi. Fête missionnaire par excellence, l’Épiphanie rappelle également, avec l’évocation de ces mages étrangers à Israël, la dimension universelle du message évangélique et du Salut apporté par le Christ.

Une tradition aux nombreux symboles

Pour cette fête, les Français dégustent des brioches ou des galettes des rois, dont les parts sont attribuées par le plus jeune caché sous la table. Cette tradition provient probablement d’une fête solaire ou saturnale antérieure à la christianisation, qui célébrait les jours qui rallongent. Mais dans de nombreux pays, comme en Espagne ou en Italie, l’Épiphanie revêt une autre dimension puisque les enfants, qui ne reçoivent pas leurs cadeaux à Noël, attendent les Rois Mages pour déballer leurs présents. Une belle façon de vivre pleinement la Nativité dans le recueillement et la paix, sans se laisser happer par l’effervescence des cadeaux, avant de se mettre en marche dans les pas du Seigneur.

Alors en cette fête de l’Épiphanie, à la suite des Mages, allons à la rencontre de l’Enfant-Dieu et présentons-Lui nos offrandes, à commencer par notre personne elle-même.

 

écrit par Liloye Navarre

Publié le 04.01.2024

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter diocésaine gratuite pour recevoir les actualités directement dans votre messagerie. Restez connectés avec votre diocèse dès maintenant !

Prochainement

Célébrations du samedi soir : Chapelet suivi de la messe

Paroisse Saint-Antoine de Padoue à ToulonLe20 Avr 2024 à 17h30

Samedis du mois d’avril :  Chapelet suivi de la célébration de la Messe… La paroisse Saint-Antoine de Padoue vous invite à se joindre à elle, tous les samedis soir du mois d’avril à un chapelet suivi de la célébration de la messe. Comme tous les samedis soir avant le début du confinement, le Père Antonio […]

Célébrations du samedi soir : Chapelet suivi de la messe

Paroisse Saint-Antoine de Padoue à ToulonLe27 Avr 2024 à 17h30

Samedis du mois d’avril :  Chapelet suivi de la célébration de la Messe… La paroisse Saint-Antoine de Padoue vous invite à se joindre à elle, tous les samedis soir du mois d’avril à un chapelet suivi de la célébration de la messe. Comme tous les samedis soir avant le début du confinement, le Père Antonio […]

Chapelet sur le parvis de l’église

Paroisse Saint-Antoine de Padoue à ToulonLe17 Avr 2024 à 18h00

Tous les mercredi de chaque mois : Chapelet sur le parvis de l’église à 18 heures pour la France et la paix dans le monde… A noter sur vos agendas : ♦ Tous les Dimanches : Célébrations à 10h30 avec le Père Antonio ♦ Le Samedi soir : Chapelet à 17h30 suivi de la messe […]

Correns fête son Pardon

Autres organisateursLe02 Mai 2024 à 21h00

Les 2&3 mai prochain, la paroisse de Correns organise les cérémonies de son Pardon, célébration accordée par le Pape Sergius IV en l’an 1010 lorsque le 3 mai tombe un vendredi. Comme le 3 mai tombe un vendredi en cette année 2024, les festivités du Pardon sont organisées par l’abbé Augustin Gempp, l’AREC et le […]

Procession des Rogations de la Dracénie

Autres organisateursLe05 Mai 2024 à 16h00

Marchons avec les Saints de la Dracénie, et demandons une pluie de grâce. La paroisse des Arcs-sur-Argens organise une procession le Dimanche 5 mai 2024. Marche de l’église vers la Chapelle Sainte Roseline afin de demander les grâces nécessaires par le Chemin de la vigne à vélo. 16h : Vêpres à l’église du Martyre de […]