Skip to content

Ah, si j’étais Russe… !

Par la Mouche du Coche

« Si Dieu n’existe pas, tout est permis. »

Fiodor Dostoïevski in les Frères Karamazov


On a perdu Depardieu. Et peut-être bientôt Brigitte Bardot qui, pour sauver deux éléphants de l’euthanasie, menace de quitter Saint Trop’ pour Moscou. Il ne manquerait plus qu’on déplace la Tour Eiffel au Luxembourg, que Johnny devienne américain et Hollande aura tout gagné.Pas sûr que l’arrivée de son ex au gouvernement suffise à faire oublier tout ça…

Russe ça me dit bien moi. Ce pays grand comme un continent, où sensibilité et honneur se marient étonnamment dans les cœurs, qui a vu naître Gogol, Pouchkine et Tolstoï, où la foi est protégée par le gouvernement, où l’organisation d’une gay-pride est rendue impossible par les citoyens qui dans leur ensemble la refusent sans que les médias ne viennent leur faire un lavage de cerveau à base de « c’est pas gentil ça ! ». C’est tentant de se barrer. Si seulement j’étais pote avec Poutine…

Bon, ok, le pouvoir y est assez centralisé et moyennement rieur, la mafia locale n’est pas trop portée sur la blague non plus, il fait un froid de gueux l’hiver et hyper chaud l’été, l’alphabet est incompréhensible et mes impôts ne sont pas encore assez élevés pour profiter de leur fiscalité. Sans compter que la vodka me donne des aigreurs.

Bref, je suis français et je vais le rester. Je vais au moins me débrouiller pour faire assez de dons pour être totalement défiscalisé, avant que l’Etat ne m’oblige à ne faire des dons qu’aux associations qui pensent comme lui.

Fort de ce choix, j’ai décidé de m’impliquer dans la vie de mon pays. Du coup manif du 13 janvier et tout le tintouintouin. Ca va être grand. J’ai hâte ! Simplement je me dis qu’on réagit finalement bien tard, et qu’un tas de dispositions sont déjà en place, sans que nous n’ayons sourcillé ou presque, dispositions qui nous ont amené où nous sommes aujourd’hui : la PMA avec donneur anonyme, les lois sur l’homophobie (comme si l’insulte ou le harcèlement n’étaient pas condamnés avant), l’adoption par les célibataires… Oui, nous arrivons bien tard dans la bataille, mais la victoire n’en est pas moins envisageable.

De toutes façons, la victoire (finale) est certaine et ça c’est cool. Peut-être faut-il en passer par quelques dramatiques années pour que se lève une nouvelle génération de citoyens actifs engagés pour le bien commun, dans le respect de l’anthropologie la plus naturelle et une acceptation minimale de transcendance ? Si c’est le cas, alors nous sommes coresponsables de tout ce qui se passe, par notre endormissement, nos aveuglements, notre modelage selon le monde présent et ses fondements individualo-hédonistes, nos molles indignations et nos peurs de souffrir voire mourir pour la vérité ou notre inaction justifiée par la fausse espérance que le monde ne tombera pas plus bas. Comme si l’horreur avait un fond.

Il est temps de se lever ! Le combat pour la défense du mariage n’est que le premier. Bientôt viendra celui de l’euthanasie et de la marchandisation du vivant. Mais ces combats sont d’arrière-garde déjà. Le véritable combat va être dans la proposition d’un monde nouveau, de proposer du beau, du doux, à contre-courant de cette foutue « crise » et du catastrophisme ambiant.

Le temps est propice. Le monde veut rêver et ne plus avoir peur. Les femmes flippent et commencent à réaliser que prendre un truc chimique chaque jour pour ne pas avoir d’enfants c’est louche, les médecins ne veulent plus pratiquer d’avortement, 35 ans de lobby du Planning Familial n’ont pas réussi à faire croire qu’il était un acte de libération de la femme, les parents ne veulent plus d’une école qui rééduque leurs enfants, les entrepreneurs veulent réussir et créer des emplois bien avant de s’en mettre plein les poches, les employés ne veulent plus être une variable financière mais être reconnus comme essentiels à la réussite de leur entreprise, chacun veut un travail décent car l’assistanat ne fait rêver personne, les parents seuls auraient préféré que l’Etat leur offre une aide à la conciliation plutôt qu’il ne leur facilite le divorce, les couples en difficulté auraient aimé une préparation au mariage, même civil, qui leur donne des forces pour passer les tempêtes, les 6 millions de Français isolés voudraient bien qu’on se souvienne que « fraternité » est aussi notre devise, les hausses d’impôts ne feront pas oublier qu’aucune réforme des systèmes financiers spéculatifs n’a été lancée…

Les champs d’action sont nombreux. L’approche anthropologique chrétienne n’est pas has been, c’est un trésor de justesse entre le bien personnel et le bien de tous, de justice, de vie en société équilibrée.

Il ne s’agit pas pour nous de tenter de revenir à la société d’avant 1968 telle que nous la fantasmons aujourd’hui. Il s’agit de nous engager d’abord pour ce combat pour la défense du mariage et de la famille, puisque c’est le combat du moment. Puis de nous former. Parce qu’il suffit de creuser un tant soit peu la doctrine sociale de l’Eglise pour s’enflammer sur sa mise en œuvre.

Au boulot !

La Mouche du Coche, президент

Catégories     Etiquettes 

PARTAGER CET ARTICLE

CATÉGORIES

ARTICLES RÉCENTS

Suivez-nous

ÉVÉNEMENTS À VENIR

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Événements à venir

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Suivez-nous