Ordination épiscopale de Mgr Marc Aillet

Dimanche 30 novembre 2008, deux cardinaux, vingt-cinq évêques, une centaine de prêtres, de nombreux consacrés appartenant à de multiples communautés et la grande foule des fidèles, parmi lesquels 300 diocésains de Fréjus-Toulon, ont pris part à l’ordination épiscopale de Mgr Marc Aillet.

Interview avec Cançao Nova

Reportage

De nombreux officiels avaient également tenus à être présents à cet événement majeur pour toute la communauté chrétienne de Bayonne, Lescar et Oloron au premier rang desquels madame Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales mais également élue des Pyrénées-Atlantiques.

La liturgie était présidée par le métropolite de la province ecclésiastique, monsieur le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, assisté de deux autres évêques consécrateurs comme le prévoit le rituel d’ordination épiscopale, monseigneur Dominique Rey et monseigneur Pierre Molères, administrateur apostolique de Bayonne, Lescar et Oloron, en présence de monseigneur Fortunato Baldelli, nonce apostolique en France et de monsieur le cardinal Roger Etchegaray, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, Basque d’origine.

La présence de nombreux autres évêques, en particulier ceux de la même conférence épiscopale et les évêques des diocèses voisins, marque bien l’accueil du nouvel évêque dans le collège épiscopal.

Parmi les évêques présents nous avons noté, Mgr Madec, évêque émérite de Fréjus-Toulon qui avait appelé la communauté Saint-Martin à s’installer dans notre diocèse mais aussi Mgr Yves Le Saux, évêque nommé (le 21 novembre) du Mans.

Trois évêques consécrateurs

L’ordination épiscopale est une cérémonie où la liturgie est riche de signes qui expliquent par eux-mêmes la fonction de l’évêque. Selon la formule bien connue « lex orandi, lex credendi« , l’Eglise croit comme elle prie.

Présentation du nouvel évêque

Au début de la célébration, Mgr Rey a présenté Mgr Aillet.

Lecture de la bulle

Pour recevoir l’ordination épiscopale hors les murs de Rome, il faut avoir reçu la « bulle » [[Lettre solennelle du pape. Elle est scellée soit d’une boule de métal (origine du mot), soit d’un cachet de cire.]]. Un diacre en a fait la lecture publique tandis qu’un second la présentait à l’assemblée.

Action de grâce de l’assemblée

A l’issue, pour exprimer son action de grâces, l’assemblée a entonné le chant du Gloire à Dieu, emmené par la chorale rigoureusement dirigée.

Liturgie de la Parole

La liturgie de la Parole a débuté en invoquant l’Esprit-Saint, par le chant du Veni Creator.

La seconde lecture extraite de la première lettre aux Corinthiens (1, 3-9) a été lue en basque.

Homélie de Mgr Ricard

Au cours de son homélie, le cardinal Ricard a fait un parallèle entre Jésus qui nous invite à veiller en ce début de temps de l’Avent (le temps qui prépare à l’Avènenemt de Jésus) et la fonction de l’évêque qui veille sur son troupeau. Cette veille habitée par l’amour, conduit l’évêque à devenir un guetteur qui discerne l’Espérance a poursuivi le cardinal Ricard.

« Paissez ce troupeau de Dieu qui vous est confié, devenez le modèle du troupeau.
Veilleur, pasteur, guetteur l’évêque doit aussi être un éveilleur en particulier un éveilleur aux vocations diaconales, sacerdotales et religieuses.

Marc, sois en tenue de service.

Ordination épiscopale

– Engagement du nouvel évêque
Après l’homélie a débuté à proprement parler, le rite de l’ordination épiscopale qui a commencé par un dialogue entre le cardinal Ricard et le futur évêque très solennel et très ému :

– « Frère, bien-aimé, acceptez-vous la charge que nous ont confiée les Apôtres et que nous allons vous transmettre par l’imposition des mains ? »

– Oui, j’accepte cette charge au service du peuple de Dieu et je m’engage à la remplir jusqu’à la mort, avec la grâce de l’Esprit-Saint.

– Voulez-vous annoncer l’Evangile du Christ avec fidélité et sans relâche ?

– Oui, le le veux.

– Voulez-vous garder dans sa pureté et son intégrité le dépôt de la foi, selon la tradition reçue des Apôtres ?

– Oui, le le veux.

– Voulez-vous travailler à la construction du corps du Christ, qui est l’Eglise, et demeurer dans son unité, avec tout l’ordre des évêques, sous l’autorité du successeur de Pierre ?

– Oui, le le veux.

Cet engagement est conclu par la prière « Que Dieu lui-même achève en vous ce qu’il a commencé. »

– Prostration de l’ordinant
Suit alors la grande supplication litanique, un temps de prière très intense, durant lequel l’ordinant est allongé, face contre terre, durant la prostration. [[Du mot latin prostratio : « action de se coucher en avant, de s’éten­dre sur le sol » (pro « en avant » et sternere « étendre à terre »). La prostration est un geste liturgique rare, mais particulièrement éloquent : il consiste à s’étendre de tout son long sur le sol.

C’est l’attitude que prennent, pendant le chant des litanies, ceux qui vont être ordonnés évêque, prêtre ou diacre, ceux et celles qui vont faire leur profession religieuse définitive : elle signifie moins l’anéantissement devant Dieu, qu’elle n’exprime une parfaite dispo­nibilité à l’appel divin. Définition du portail de la liturgie catholique]]


– Impositions des mains
Le centre de l’ordination sacramentelle est l’imposition des mains et la prière d’ordination.

Selon la tradition apostolique, l’imposition des mains exprime l’invocation à l’Esprit-Saint. Elle a été faite par le cardinal Ricard et les deux évêques co-consécrateurs puis par le cardinal Etchegaray et tous les évêques présents dans un grand recueillement de l’assemblée, consciente d’assister à l’effusion de l’Esprit.

– Imposition de l’Evangile
Suit la prière d’ordination, durant laquelle deux diacres tiennent l’Evangile au-dessus de la tête du nouvel évêque. L’enseignement de l’Evangile est une des fonctions de l’évêque manifestée par ce signe de l’imposition de l’Evangile.

– « Et maintenant, Seigneur, répands sur celui que tu as choisi la force qui vient de toi, l’Esprit souverain que tu as donné à ton Fils bien-aimé, Jésus Christ, l’Esprit qu’il a lui-même communiqué aux saints Apôtres qui établirent l’Eglise en chaque lieu comme ton sanctuaire, à la louange incessante et à la gloire de ton nom.


– Onction de Saint-Chrême
A genoux devant Mgr Ricard, celui-ci a donné à Mgr Aillet l’onction de Saint-Chrême. [[Le Saint-Chrême est composé d’huile d’olive, de baume et d’autres substances odoriférantes.

Comme les onguents divers guérissent, adoucissent et pénètrent les chairs, en leur donnant de l’éclat, ainsi le saint chrême symbolise la pénétration de l’Esprit Saint et de ses dons dans les âmes des fidèles. Définition du portail de la liturgie catholique]] L’évêque est un consacré par l’Esprit-Saint, associé au Christ souverain prêtre.

Comme pour la confirmation ou le sacrement de l’Ordre, l’onction avec cette huile parfumée montre le caractère ineffaçable de l’ordination épiscopale, qui engage totalement celui qui la reçoit.

– Remise de l’Evangile

A ce moment, Mgr Aillet a reçu l’Evangile des mains de Mgr Ricard.
Très ému, il a présenté cet Evangile à l’assemblée, cet Evangile qu’il doit enseigner.

Remise au nouvel évêque des insignes de sa charge

– L’anneau
Au cours de l’ordination épiscopale, le nouvel évêque reçoit un anneau en symbole du lien qu’il contracte avec son Eglise ; il est pour elle le signe sacramentel plénier de la présence du Christ, son Époux.

– La mitre
Mgr Aillet a ensuite reçu la mitre, coiffe traditionnelle de l’évêque apparue vers le Xème siècle.


– La bâton pastoral
Enfin, Mgr Aillet a reçu le bâton pastoral (la crosse) avec lequel il conduit son peuple. Ce bâton pastoral (en bois à l’origine) à l’extrémité recourbée est le symbole de l’attention du pasteur envers son troupeau pour le conduire vers des eaux tranquilles. (Psaume 22, 4)

Le nouvel évêque s’assied sur sa cathèdre

Alors que monsieur le cardinal Ricard présidait la célébration de l’ordination épiscopale depuis ce trône, à ce moment de la cérémonie, Mgr Aillet est venu s’assoir sur sa cathèdre, affirmant par ce geste la prise de possession pleine et entière, de pasteur de l’Eglise de Bayonne, Lescar et Oloron.

Partage de la paix

Le partage de la Paix avec l’ensemble des évêques présents est un signe de communion fraternelle avec ses frères dans l’épiscopat.

Liturgie eucharistique

Après le Credo, la liturgie eucharistique est présidée par le nouvel évêque.

Après l’anamnèse, les Provençaux ont eu la surprise d’assister à une danse en l’honneur du Christ Jésus.

Une jeune homme, en tenue basque traditionnelle est venu se placer dans le choeur, devant l’autel pour danser, en signe de respect et d’hommage au Corps et Sang de Jésus, présent sur l’autel.

Des pas précis, des sauts, des levées de jambes impressionnants rythmés par le tambour ont conclu la prière eucharistique.

A l’issue de la communion, Mgr Aillet a parcouru la cathédrale pour donner sa bénédiction à l’assemblée. Il s’est aventuré dans le cloître où près de 700 personnes assistaient à la célébration sur des écrans géants qui avaient été installés là, comme dans divers points de la cathédrale pour permettre de bien suivre toutes les phases de la cérémonie.

Nul doute, que toutes les personnes assemblées sous ce porche, dans un froid glacial en ce jour pluvieux, ont apprécié la sollicitude de leur nouvel évêque.

Discours de Mgr Aillet


Avant la bénédiction finale, Mgr Aillet a prononcé un discours particulièrement riche à sa nouvelle communauté.

Il a commencé par remercier « tous ceux rassemblés, pour les plus chanceux, dans la cathédrale mais aussi ceux présents dans le cloître, ceux qui nous rejoignaient par les ondes de Radio Lapurdi et de RCF, mais aussi le Saint-Père qui a envoyé le nonce Fortunato Baldelli ». « J’irai à Rome dès de que possible pour dire toute ma reconnaissance filiale au Saint-Père. »

Mgr Aillet a également remercier Mgr Etchegaray, les prélats qui se sont déplacés de Rome dont le supérieur de l’institut Notre-Dame de Vie, ou encore le père Jean-Marie Le Gall, modérateur général de la communauté Saint Martin.

Cette magnifique cérémonie achevée, le verre de l’amitié les réunissait encore dans un lycée voisin.


Les photos publiées ici sont de Jérôme Le Montreer. Merci de respecter le crédit photos.


La reproduction de tout ou partie de cet article est interdite sauf d’en citer la source et de s’y reporter grâce à un lien.

Publié le 02.12.2008.

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter diocésaine gratuite pour recevoir les actualités directement dans votre messagerie. Restez connectés avec votre diocèse dès maintenant !

Prochainement

Paroisse Saint-Antoine de Padoue à ToulonLe21 Avr 2024 à 10h30

Célébrations du mois d’avril : Messes dominicales des semaines du Temps Pascal  La paroisse Saint-Antoine de Padoue vous invite à se joindre à elle, tous les dimanches du Temps Pascal du mois d’avril pour la messe dominicale.  Chaque Dimanche, la messe est célébrée à 10h30. Pendant toute la période du temps pascal, l’Aspersion avec de […]

Abbaye du ThoronetLe21 Avr 2024 à 10h30

La messe du dimanche à l’Abbaye du Thoronet a lieu toutes les semaines à 10h30. Toutes les bonnes volontés sont bienvenues : servants d’autel, musiciens, choristes, lecteurs, autres personnes volontaires, pour constituer un groupe d’accueil. Pour cela, merci de bien vouloir contacter le Père Cante (coordonnées en colonne de droite). Des groupes musicaux, des ensembles, […]

Pastorale des JeunesLe21 Avr 2024 à 18h30

Une messe des étudiants et des jeunes pros est célébrée chaque dimanche à 18h30 à l’église Saint-Vincent-de-Paul.     Que vous soyez étudiant ou jeune pro, RDV chaque dimanche à l’église Saint-Vincent-de-Paul (derrière la gare de Toulon) pour une messe spécialement animée pour vous. Venez nombreux ! La messe est suivie d’un apéritif. Un temps […]

Agenda des évêquesLe22 Avr 2024 à 00h00

Pèlerinage avec les jeunes prêtres de moins de 10 ans de sacerdoce à Lyon

CatéchèseLe22 Avr 2024 à 09h00

3 Jours pour Jésus Une retraite est proposée à tous les enfants du diocèse, du CE1 au CM2. Cette retraite, ayant lieu au sanctuaire Notre-Dame de Grâces, à Cotignac, a pour but d’éveiller ou de faire grandir la relation personnelle de l’enfant avec le Christ : temps de prière, louange, adoration, messes, catéchèses par tranche […]