Science et éthique font cause commune pour protéger l’embryon

A l’approche du débat parlementaire en vue de la seconde révision de la loi de bioéthique, il n’y a jamais eu moins de raison qu’aujourd’hui de déroger au respect légal de l’embryon.


Le choix retenu par le gouvernement de supprimer le caractère « expérimental » de la recherche sur l’embryon nous préoccupe fortement. Inscrire à titre permanent une exception au respect « de l’être humain dès le commencement de sa vie » [[art. 16 du Code civil, Livre I er du Code civil, Titre 1er « Du respect du corps humain », Inséré par la loi n. 94-653 du 29 juillet, Journal officiel du 30 juillet 1994 : « La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie »]] irait à l’encontre de « l’intérêt de l’enfant à naître » [[« Intérêt de l’enfant à naître » : Rapport d’information fait au nom de la mission d’information sur la révision des lois de bioéthique (Jean Leonetti, rapporteur), Favoriser le progrès médical, respecter la dignité humaine, Assemblée nationale, rapport n. 2235, 20 janvier 2010, proposition n. 4, p. 50.]], principe réaffirmé avec vigueur par le rapport de la mission parlementaire d’information sur la révision des lois de bioéthique.

Au terme du moratoire de 5 ans, il était prévu que la France tirerait les leçons du dispositif provisoire mis en place par la loi de 2004. Du fait des progrès considérables enregistrés par la communauté scientifique internationale tant dans le champ des cellules souches adultes que dans celui des cellules reprogrammées dites iPS, force est de reconnaître qu’il n’y a jamais eu moins de raison qu’aujourd’hui de déroger au respect légal de l’embryon humain.

Est-il cohérent que la France continue à autoriser des recherches sacrifiant des embryons humains pour un objectif qui pourrait être atteint, plus efficacement, par d’autres méthodes ? Quand science et éthique font cause commune, protéger l’embryon devient un impératif moral, conformément aux intentions du législateur en 2004.


Merci de ne pas reproduire sans un accord préalable et sans citer la source par la publication d’un lien explicite au site


Emission “Autour de l’évêque” diffusée sur RCF Méditerranée

Catégories     Étiquettes 

PARTAGER CET ARTICLE

Suivez-nous

CATÉGORIES

ARTICLES RÉCENTS

ÉVÉNEMENTS À VENIR

Diocèse Fréjus-Toulon Le 12 juillet 2020 à 07h00

Plus d’informations suivront en temps voulu. Un autre pèlerinage est proposé du 9  au 10 février 2019.

Service diocésain des pèlerinages Le 12 juillet 2020 à 07h00

Personne n’aime être pauvre. Ce qui est intéressant, c’est de posséder le Royaume des cieux. Mais seuls les pauvres le possèdent.

Paroisse de Sanary Le 12 juillet 2020 à 08h00

Nous avons la joie de vous annoncer la reprise de nos messes avec fidèles ! Vous souhaitez nous retrouver ? Toutes nos messes se déroulent à l’église Saint-Nazaire Voici nos horaires de messes : Lundi : 19h – messe Mardi : 7h45 – adoration 9h – messe Mercredi : 7h15 – adoration 9h – messe Jeudi : 7h15 – […]

Ensemble paroissial de Belgentier Le 12 juillet 2020 à 09h00

La semaine:  Adoration 8h30 et Messe à 9h mardi à Méounes jeudi et vendredi à Belgentier

Événements à venir

Diocèse Fréjus-Toulon Le 12 juillet 2020 à 07h00

Plus d’informations suivront en temps voulu. Un autre pèlerinage est proposé du 9  au 10 février 2019.

Service diocésain des pèlerinages Le 12 juillet 2020 à 07h00

Personne n’aime être pauvre. Ce qui est intéressant, c’est de posséder le Royaume des cieux. Mais seuls les pauvres le possèdent.

Paroisse de Sanary Le 12 juillet 2020 à 08h00

Nous avons la joie de vous annoncer la reprise de nos messes avec fidèles ! Vous souhaitez nous retrouver ? Toutes nos messes se déroulent à l’église Saint-Nazaire Voici nos horaires de messes : Lundi : 19h – messe Mardi : 7h45 – adoration 9h – messe Mercredi : 7h15 – adoration 9h – messe Jeudi : 7h15 – […]

Suivez-nous