Skip to content

Le prêtre en questions

Après la sortie officielle du livre “Le prêtre” le dimanche 29 juin lors des ordinations à La Castille, monseigneur Rey a bien voulu répondre à quelques questions formulées par monseigneur Podvin, porte parole des évêques de France.

Le livre événement : “Le prêtre” (Editions Tempora – 130 pages – 9,90 €) peut être commandé directement sur le site. Les bénéfices sont reversés au Séminaire de La Castille.

Questions

Page 54, vous insistez sur le fait que « la beauté du sacerdoce doit s’inscrire dans la durée et la persévérance ». Comment développer aujourd’hui une culture de la fidélité quand tout semble éphémère et relatif ?

La fidélité chrétienne doit s’appuyer sur celle du Christ à l’égard de son Eglise pour laquelle Lui-même s’est livré jusqu’à donner sa vie. Il existe des figures de fidélité qui soutiennent et stimulent la nôtre. Je pense à mes parents dont le témoignage de 70 ans de vie commune m’a montré que amour rime avec toujours.

La fidélité se construit au quotidien. Les grandes fidélités se déploient à partir des petites fidélités vécues au jour le jour : fidélité à la prière, aux amitiés, aux engagements. Paradoxalement, alors que notre culture prône « l’infidélité » toujours en quête de nouvelles expériences, le zapping perpétuel et ses attachements successifs et contractuels, l’homme contemporain est en recherche d’ancrage profond et durable, d’un amour qui ne faillit point.

Toute fidélité est un art de vivre avec le temps : au-delà de l’éphémère nous cherchons à construire sur de l’invariant, sur des permanences. Et c’est là que nous pouvons rencontrer le Christ : « le ciel et la terre passeront ; mes paroles ne passeront point. »

– Parmi les trois postures « frère, père et époux » (page 84) que le prêtre est invité à incarner, laquelle vous semble la plus difficile, et peut-être aussi la plus urgente, à assumer dans noter contexte occidental ?

La posture du frère est fondatrice des deux autres. Comment peut-on exercer une paternité sinon à l’intérieur d’une fraternité commune ? Comme chrétiens nous la recevons au baptême. La dimension sponsale est aujourd’hui la plus incomprise. C’est à partir d’elle que prennent sens le célibat du prêtre et son attachement indéfectible à l’Eglise dont il est le ministre. Car il tient la place du Christ époux.

Au côtés de monseigneur Luis Alberto Parra Mora évêque du diocèse de Mocoa-Sibundoy (Colombie), monseigneur Rey, lors des ordinations 2009 à La Castille, a revêtu une étole du père Jean-Marie Vianney, saint curé d’Ars.

La dimension de la paternité ma paraît une urgence et un défi dans un contexte où les figures de paternité sont mises en cause dans les modèles sociaux en raison du délitement de la famille et de la démission de l’autorité. « Une société sans père est une société sans repère », disent les psychosociologues. C’est en donnant sa vie à l’exemple du Christ et jusqu’à la perte de soi que l’on peut donner la vie. La paternité chrétienne est sacrificielle mais elle est source de joie.

– Vous dites, page 118, que l’ordination sacerdotale députe à l’espérance. Quel message voudriez-vous partager aux confrères les plus éprouvés par le chemin de la vie et de la mission ?

Face à leurs propres difficultés et aux résistances du terrain certains prêtres désespèrent de leur ministère. Ils ne voient guère les fruits de leur apostolat et sont confrontés à l’indifférence, parfois au mépris. On ne peut pas porter tout seul « la charge de l’espérance ». Le lien avec les laïcs, le soutien des frères prêtres me semblent indispensables pour nous maintenir dans une ferme espérance et éviter que le ministère se déploie dans une fuite en avant perpétuelle ou la recherche de consolations qui nous déportent de la mission que l’Eglise attend de nous. L’espérance chrétienne se nourrit de prière. Elle est confiance en la présence de Dieu qui se sert de nos talents mais aussi de nos fragilités.

L’espérance est un don et une responsabilité. Pour le prêtre, elle consiste aussi à porter ceux qui l’ont perdue.

Elle est enfin certitude qu’à travers les combats le Ressuscité est au bout du chemin.

Catégories     Etiquettes 

PARTAGER CET ARTICLE

CATÉGORIES

ARTICLES RÉCENTS

Suivez-nous

ÉVÉNEMENTS À VENIR

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Événements à venir

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Suivez-nous