Skip to content

Basilique Sainte-Marie-Madeleine

Saint Maximin

Saint-Maximin (commune du Centre-Var) est connue pour être le « troisième tombeau de la chrétienté » : ce n’est pas rien pour une commune de 15 000 habitants.

Histoire

Au XIIème siècle, à la suite d’un mariage, la Provence passe aux Comtes de Barcelone. Béatrix de Provence en hérite à la mort de son père (4ème Comte catalan) et épouse Charles 1er d’Anjou, frère de Louis IX (saint Louis). Leur fils, Charles II d’Anjou, roi de Naples et de Sicile, découvre en 1279 les reliques de sainte Marie-Madeleine, dissimulées en 716 par peur des Sarrasins qui dévastaient alors la région.

Une quinzaine d’année plus tard, Charles II décide de faire édifier une église en l’honneur de la sainte sur l’emplacement de l’ancienne église des Cassiannites, auxquels avaient succédé les Bénédictins, à leur tour remplacés en 1295 par les Dominicains.

Cette construction est le plus grand édifice gothique du Sud-Est de la France.

Les travaux de la basilique qui acclimate le gothique en Provence furent arrêtés en 1532 : le portail de l’entrée et le clocher ne seront jamais réalisés.

Plusieurs aménagements intervinrent ultérieurement : en 1676, le maître-autel actuel fut installé, entre 1681 et 1692 ce furent les stalles avant la pose de l’orgue en 1773, œuvre du frère dominicain Jean Esprit Isnard.

La grande nef est longue de 72 m 60 et haute de 28 m 70. Ce vaisseau se compose de 9 travées, séparées les unes des autres par 20 piliers constitués d’un faisceau de colonnettes descendant directement de la voûte jusqu’au sol. Les clefs de voûte de la grande nef ont une signification historique : elles portent en relief les images ou les blasons des souverains qui régnèrent en Provence ou en France.

La crypte, caveau funéraire des premiers siècles chrétiens, abrite le reliquaire du chef de la sainte patronne et les sarcophages de sainte Marie-Madeleine, de saint Maximin, des saintes Marcelle et Suzanne et de saint Sidoine.

Dans la sacristie, vaste salle voûtée en croisée d’ogives, aux boiseries sculptées par le frère Gudet au milieu du XVIIIème siècle, se trouve ce qui reste du trésor que la Révolution dispersa : la chape de saint Louis de Brignoles et une de ses sandales (XIIIème siècle), d’anciens reliquaires, quelques chapes des XVIème et XVIIème siècle et une coupe émaillée du début du XVIIème siècle.

La basilique de Saint-Maximin qui a reçu la visite de six papes et une vingtaine de souverains a été chanté par Frédéric Mistral, dans son poème Calendau.

Informations

Horaires
Ouverture de la basilique de 8h30 à 19h tous les jours

Messe
en semaine 8h et 18h30
le dimanche 10h30

Confessions
à la demande avant et après chaque messe

Concert d’orgue le dimanche à 17h par Pierre Bardon, organiste titulaire

Comment s'y rendre ?

Basilique Sainte-Marie-Madeleine - 6 place Jean Salusse - 83470
Saint-Maximin La Sainte-Baume
Tel : 04 94 78 00 19

Dans cette rubrique

Suivez-nous

Dieu agit au coeur de nos vies

Témoignages

Père Louis

"Une effusion de l’Esprit m’a fait revenir ”

Père Joan

" Elle m'a mis en contact avec Dieu"

Ephrem

"Du Death metal à Jésus Christ"

Père Sean

" J'ai été converti grâce à une évangélisation de rue "

Frère Hubert-Marie

« la confiance est la clé du dialogue »

Événements à venir

Diocèse Fréjus-Toulon Le 24 décembre 2019 à 00h00

Il est né le Divin Enfant ! Que toute la terre soit en fête : de la faiblesse de ce nouveau-né et de la pauvreté de la crèche, jaillira la puissance de la Résurrection… Noël vient du latin « dies natalis » ou jour de la naissance. On dit aussi « Nativité ».  L’enfant-roi puisse-t-Il naître aussi dans chacun […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

L’épiphanie est une fête chrétienne qui fait mémoire du jour où les Mages sont arrivés à la Crèche, après y avoir été conduits par une étoile mystérieuse, pour adorer l’Enfant Jésus en qui ils reconnaissaient le roi des rois.   En effet à la naissance du Christ, dans les documents scientifiques de l’époque, les données […]

Diocèse Fréjus-Toulon Le 05 janvier 2020 à 00h00

Une quête impérée est réalisée dans un esprit de solidarité et d’ouverture. Dans l’année, un certain nombre de quêtes sont affectées à des causes spécifiques (missions, vocations, aumôneries scolaires…). Année 2019 Jeudi 15 août (Assomption) : quête impérée pour les Chantiers diocésains Dimanche 15 septembre (Dimanche de la Croix Glorieuse) : quête impérée pour les […]

Suivez-nous